Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://a.giscos.free.fr/lecture/MaximeChattam/Malefices.jpg

Pocket - 15 mars 2005 - 639 pages - 8,40 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l'Oregon. C'est d'abord un employé de l'environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel... Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d'effraction dans les maisons... Et puis se répand une épidémie singulière : les foyers de Portland sont envahis par des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s'accumulent et la psychose s'intensifie. Et s'il n'y avait qu'une seule personne derrière tout cela ? Un être pas comme les autres. On commence à murmurer le pire : et s'il n'était pas humain ? Joshua Brolin et Annabel O'Donnel vont mener l'enquête, entrer dans la toile et faire face à l'impensable. Une nouvelle génération de tueur.

 

L'avis de Damien :

 

Maléfices est le dernier tome de la trilogie du mal de Maxime Chattam (les deux premiers étant In Tenebris et L’Ame du Mal) et encore une fois je n’ai pas été déçu. On retrouve de nouveau Joshua Brolin, plus sombre que jamais, et Annabel O’Donnel qui enquêtait déjà sur la secte de Caliban.

 

L’histoire commence comme j’aime : directement dans le vif du sujet et ce dès le prologue : un homme se réveille sur la table d’autopsie et meurt des blessures infligées par le médecin légiste. Quelques temps plus tard, c’est le frère de Larry Salhindro qui est retrouvé mort. L’autopsie ne révèle rien hormis un énorme œdème et une grosse quantité de venin dans le sang. Dans le même temps plusieurs cas de morsures d’araignées dangereuses sont recensés à Portland. Alors que Joshua s’engage dans l’enquête, il est surpris de trouver chez lui Annabel, reformant ainsi leur duo de choc. Il est toujours aussi agréable de suivre ces personnages complémentaires et attachants, d’autant plus que leur relation devient légèrement ambigüe.

 

En ce qui concerne le tueur et ses méthodes, Chattam fait de nouveau dans l’original et ce au-delà d’un problème psychologique que l’on retrouve dans chaque opus : comment lutter contre des araignées ? On sent qu’il y a un gros travail de recherche derrière ce roman, particulièrement en ce qui concerne les insectes et les études scientifiques qui leurs sont consacrées. Ca enrichit l’intrigue sans pour autant tomber dans la complexité ou l’explication superflue.

 

Deux points négatifs :

- la manière d’avancer dans l’enquête (de suspects en suspects en usant et abusant de la fausse piste).

- le tueur qui fait une erreur, la constate et la reproduit 100 pages plus tard.

 

Hormis ces deux petits reproches, ce livre est un gros coup de cœur, avec une fin ouverte à l’imagination du lecteur (c’est l’auteur qui le dit) même si aucune nouvelle aventure n’est envisageable pour nos héros.

 

9/10

Commenter cet article