Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://ekladata.com/HISi1BUiFEaXGDa3ADg0_B14jLM.jpg

Michel Lafon - 15 mai 2014 - 319 pages - 16,95 euros 

 

Résumé de l'éditeur :

 

Je sais que May est morte. Je veux dire, j'en suis consciente mais j'ai l'impression que c'est pas pour de vrai. Qu'elle est toujours là, avec moi. Qu'une nuit, elle rentrera par la fenêtre après avoir fait le mur et me racontera ses aventures. Peut-être que si j'arrive à lui ressembler plus, je saurai mieux vivre sans elle. " À son arrivée au lycée, Laurel a comme premier devoir de rédiger une lettre pour un mort. Elle décide d'écrire à Kurt Cobain, et c'est ainsi que débute une année de correspondance à sens unique avec des acteurs, musiciens et poètes disparus, qui ont tous joué un rôle important dans la vie de la jeune fille. Au travers de ses lettres, elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour... Et révèle, surtout, comment elle parvient à surmonter la mort de sa sœur. Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente et faire face à ce qui s'est réellement passé la nuit où May est décédée. 

 

Mon avis :

 

Après avoir entendu de très bons avis sur ce roman, j'étais ravie de le recevoir dans ma boîte aux lettres. Je remercie Nathalie et les éditions Michel Lafon pour cette lecture. Honnêtement, je m'attendais à avoir un gros coup de cœur et ça n'a pas été le cas. Au début, j'ai même eu du mal à rentrer dans l'histoire et j'ai dû m'accrocher. Heureusement, au bout d'une centaine de pages, j'ai commencé à apprécier l'histoire et j'ai finalement passé un bon moment de lecture.


La première chose qui m'a gênée et ce, dès les premières lignes, c'est le style de l'auteure que j'ai trouvé trop scolaire. "Love letters to the dead" est un roman épistolaire. Le style est simple et peut correspondre à celui de la narratrice : une adolescente de quinze ans. L'écriture de l'auteure est donc réaliste mais elle manque cruellement de fluidité. De plus, j'ai trouvé le temps long dans le premier tiers du livre, notamment à cause des nombreux détails utiles dont nous abreuve Laurel. Néanmoins, plus j'avançais, moins le style me gênait. J'ai eu l'impression que l'écriture de l'auteure s'améliorait et j'ai même trouvé certaines lettres poétiques.

J'ai aimé la construction du roman et surtout son originalité. Notre héroïne est une adolescente perdue et malheureuse depuis le décès de sa sœur aînée. Lorsque sa professeur de français lui demande de rédiger un courrier à une célébrité morte pour un devoir, Laurel se met au travail et écrit une lettre, puis une autre et va finalement remplir un cahier. L'adolescente va s'adresser à toutes les personnes disparues qu'elle admire et leur raconter son quotidien : la mort de sa soeur May, l'absence de sa mère, les semaines où elle vit chez son père et celles où elle habite chez sa tante catholique, ses soirées entre copines, son premier petit-ami... Si au début, j'ai peiné à m'intéresser à la vie de Laurel, j'ai au fur et à mesure mieux compris les intentions de Ava Dellaira, c'est à dire d'aborder le deuil et la culpabilité que les vivants peuvent ressentir après le départ de leurs proches. 

L'histoire se passe à notre époque mais j'ai trouvé qu'il y avait un décalage. Certains lycéens écoutent Nirvana ou les Doors évidemment mais j'ai plutôt ressenti l'atmosphère des années 90. J'aurais vraiment préféré que l'histoire se déroule à cette époque imprégnée par le grunge. La musique est omniprésente dans le roman et j'ai eu souvent des chansons en tête après lecture des lettres de Laurel. Comme elle, j'adore Nirvana et les courriers à Kurt font partie de mes passages préférés. 


Laurel est une héroïne très particulière. Elle est immature et semble ne pas avoir de personnalité au début du roman. En arrivant dans son nouveau lycée, elle va se lier d'amitié avec deux filles : Nathalie et Hannah. Loin d'être des adolescentes sages qui vont l'aider à aller mieux, elles vont au contraire l’emmener à des soirées et lui faire boire de l'alcool. Je ne me suis pas attachée à ces deux personnages secondaires. Nathalie m'a à la limite touchée un peu plus car elle est amoureuse d'Hannah qui elle, n'assume absolument pas ses sentiments et préfère coucher à droite et à gauche. 

"Love letters to the dead" raconte aussi une histoire d'amour mais elle ne m'a pas transportée plus que ça. La relation entre Laurel et Sky est compliquée et pleine de non-dits. Ava Dellaira ne nous offre pas une romance bouleversante mais plutôt le genre d'histoire qui pourrait arriver à n'importe quelle lycéenne. J'ai eu l'impression qu'elle servait plutôt à faire évoluer le personnage principal en lui faisant prendre conscience de certaines choses. 

A travers le récit de Laurel, May nous apparaît d'abord comme une fêtarde certes mais aussi comme une aînée responsable. Pourtant, au fil des lettres, nous réalisons que Laurel idéalise complètement sa sœur, au point de s'être créé une fausse image. Notre vision diffère alors de celle de l'héroïne. Alors que Laurel veut absolument ressembler à sa grande sœur, nous avons quant à nous une toute autre opinion sur le personnage. 


Le dernier tiers du roman est riche en révélations. Nous apprenons comment May est morte et pourquoi Laurel se sent si coupable. Je n'ai pas ressenti d'émotion tout au long du roman mais la fin m'a touchée un peu plus (mais pas de larmes...). J'ai surtout été peinée pour Laurel et j'ai encore moins compris certaines de ses réactions, tout au long de l'histoire. C'est d'ailleurs entre autres pour cette raison que ma chronique est un peu mitigée : je n'ai réussi ni à cerner Laurel, ni à m'identifier à elle. Je l'ai trouvé trop dans l'excès, jusqu'à la fin où elle va commencer à changer.


Pour conclure, "Love letters to the dead" m'a un peu déçue car je m'attendais à mieux mais c'est tout de même une belle histoire que j'ai apprécié. Le style de l'auteure et l'héroïne insupportable ont malheureusement freiné mon enthousiasme mais je ne regrette pas d'avoir découvert ce roman. 

J'ai appris qu'il allait être adapté au cinéma et je vous avoue que je suis assez septique. L’intérêt principal de "Love letters to the dead", ce sont les lettres et je me demande comment le livre pourra être transposé au cinéma tout en gardant son originalité. Wait and see!


★★★☆☆ 

Une lecture satisfaisante

 

http://pushoconnor.files.wordpress.com/2014/04/love-letters-to-the-dead-by-ava-dellaira.jpg

 

- Love letters to the dead est un one-shot (pas de suite)

- L'auteure a travaillé sur le film "Le monde de Charlie"

- Un projet cinéma est en cours mais la date de sortie n'est pas fixée

Commenter cet article

Phebusa 17/07/2014 22:33


Oui, quelques longueurs c'est vrai, mais de belles émotions quand même :)

Echos de Mots 15/07/2014 18:57


Je ne savais pas qu'il serait adapté! Comme toi le style de l'auteur et l'héroïne m'ont vraiment déplu. J'avais presque l'impression d'être trop vieille pour l'écriture et je trouve qu'aucune
émotion ne se dégageait de ce livre. En tout cas, pas autant que ce que le résumé promettait!

Megworld 17/07/2014 22:52



oui, la seconde moitié est déjà plus intéressante mais le début est long, lent et pénible!