Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://lioneldavoust.com/wp-content/uploads/2013/01/leviathan-le-pouvoir.png

Don Quichotte - 10 mai 2013 - 542 pages - 23 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

De nos jours, les progrès scientifiques ont chassé les vieilles superstitions et l’enchantement, cédant la place à une ère de raison où même la religion chancelle. Or, dans les profondeurs de l’inconscient, les traditions antiques, les peurs ancestrales, il subsiste une porte entrouverte sur des prodiges dépassant l’entendement. Ce n’est pas de la magie ; c’est du pouvoir. Rares sont ceux à y accéder. On les a appelés prophètes, sorciers, chamanes au fil des âges. La plupart ont été exterminés sur le bûcher, mais certains ont concrétisé les rêves les plus fous de l’humanité : richesse, domination. Jeunesse éternelle. Et ils se font la guerre – en riant.

 

Michael Petersen, biologiste marin, fait les frais de cette guerre. Pris dans une machination dont il ignore les enjeux mais dont il est la clef, il a vu presque tout son entourage périr de mort violente ; pire, il est lui-même la cible d’une chasse à l’homme qui le contraint à vivre en paria. Andrew Leon, l’agent du FBI qui a aidé la famille Petersen à fuir les États-Unis, est devenu lui aussi une proie : l’inquiétant Comité compte sur son outil de cartographie de la conscience humaine pour localiser Michael. Une course contre la montre s’engage, afin de détruire le biologiste avant l’éclosion de son pouvoir, capable d’anéantir l’organisation.

 

De révélations en rebondissements, le héros de Léviathan perce les voiles d’illusion qui entourent son existence. Mais il devra d’abord lutter pour sa survie, avec l’aide d’une ombre prédatrice, d’un faux prêtre et d’une vraie mage, jusqu’à l’affrontement décisif.

 

L'avis de Damien :

 

Il est très rare que je ne termine pas un livre. Même lorsque je ne le trouve pas « passionnant », j’ai tendance à me forcer à le lire ne serait-ce que pour en connaitre la fin. Parfois j’ai de bonnes surprises : il arrive que le dénouement rattrape le reste du roman. Pourtant, je n’ai pas lu la fin de « Léviathan, Le pouvoir ». Ce n’est pas parce qu’il n’est pas intéressant : au contraire l’histoire semble passionnante, dense et bien ficelée. On imagine aisément les duels et affrontements magiques qui vont suivre. Dès le début, des personnages se détachent, par leur force de caractère, leur folie ou leur puissance. Le style de l’auteur n’est pas non plus rédhibitoire. C’est bien écrit et, si quelques « envolées lyriques » de l’auteur m’ont fait sourire, elles ne nuisent pas à la qualité générale de l’ouvrage.

 

Si je n’ai pas été jusqu’au bout, c’est simplement que je n’ai pas lu les deux premiers tomes de la série Léviathan de Lionel Davoust. Dans certains cas, ce n’est pas vraiment gênant : les trois romans qui composent la Trilogie du Mal de Maxime Chattam par exemple peuvent être lus de manière totalement indépendante et ce malgré quelques rappels des précédents. Ce n’est malheureusement pas le cas ici. En effet, l’histoire est complexe, les personnages nombreux et des termes tels que le « Comité », le « Réseau Graal de Leon » ou la « Voie de la Main Droite » ne permettent aucune déduction. Alors oui on comprend globalement ce qu’il se passe : des personnages fuient et sont poursuivis. Mais ça n’a aucun intérêt si on ne connait pas le pourquoi du comment. J’ai tout de même tenté de dépasser les premières pages, de comprendre au fur et à mesure mais j’ai rapidement dû me rendre à l’évidence : l’histoire suit son cours sans séance de rattrapage pour les lecteurs qui la prennent au milieu.

 

Je remercie tout de même les Editions Don Quichotte de m’avoir accordé leur confiance et je m’excuse auprès d’elles pour cet avis court et si peu détaillé.

 

Commenter cet article