Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://editions-artalys.com/wp-content/uploads/La-fille-du-dehors.jpg

Editions Artalys - Nouvelle ebook - 24 juin 2013 - 37 pages - 0,99 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

L’écrivain Sean Mac Lochlainn se rend dans l’ouest de l’Irlande pour y terminer son livre. Il y trouve un retraite idéale. Si le propriétaire de la maison est un peu bougon, sa femme se comporte avec gentillesse. Mais une troisième personne s’introduit dans la vie tranquille de Sean, une jeune femme très mystérieuse, très attirante aussi, et peu farouche. Or il aurait mieux valu se méfier d’elle.

 

Mon avis :

 

J'avais lu plusieurs avis positifs sur cette nouvelle et je remercie les éditions Artalys et Serge Papillon de me l'avoir envoyé. Malheureusement cette histoire a manqué de vraisemblance pour que j'y crois. 

 

Nous rencontrons notre héros, Sean, un écrivain qui se rend en Irlande pour terminer son roman. Alors qu'il pensait profiter du calme pour écrire, il découvre une jeune femme trempée sur le pas de sa porte et l'invite à entrer. Malheureusement, je n'ai pas accroché dès le début à cause d'un grand manque de crédibilité. Ce qui m'a étonnée, c'est que sa première réaction n'est pas de lui demander qui elle est. Notre héros l'invite, lui prête des vêtement, lui propose un thé, lui demande même si elle a été mariée et l'invite à dormir sans se demander une seule seconde son identité.  Il faut attendre la moitié de la nouvelle pour qu'il pense enfin à lui poser la question. 

 

Comme elle reste muette, l'écrivain lui permet de rester chez lui et ils vont bientôt avoir une relation sexuelle. Après cette fameuse scène, l'histoire, qui me semblait être une nouvelle érotique prend un autre tournant, bien trop brutal à mon goût. Ce dénouement est surprenant mais pas dans le bon sens. Je n'ai pas adhéré au choix de l'auteur. Il aurait fallu instaurer une ambiance propice à cette révélation dès le début car j'ai eu l'impression qu'elle arrivait comme un cheveu sur la soupe. 

 

1/5

Commenter cet article