Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://www.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book_focus/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253161431-T.jpg

Le livre de poche - 1er février 2012 - 547 pages - 7,60 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

Personne n'a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux innombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom ni les habitants de Santa Mondega, l'étrange cité d'Amérique du Sud où dorment de terribles secrets. Alors que la ville s'apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid devient la proie d'une brigade très spéciale, une proie qu'il ne faut pas rater sous peine d'une impitoyable vengeance. Si vous ajoutez à cela la disparition de la momie du musée municipal et le kidnapping d'un patient très particulier de l'hôpital psychiatrique, vous comprendrez que la nuit d'Halloween à Santa Mondega risque, cette année, de marquer les esprits... Avec L'OEil de la Lune, l’auteur du Livre sans nom, toujours aussi anonyme et déjanté, revient sur les lieux du crime pour un nouvel opus de cette saga survoltée et jubilatoire.

 

L'avis de Damien :

 

L’œil de la Lune est la suite directe du Livre sans nom et ça se voit : la recette reste la même et c’est toujours aussi plaisant.

 

Pour ce qui est de l’histoire, elle débute par un flash back. On y découvre un jeune homme dont la vie bascule le soir d’Halloween. Nous revenons ensuite à Santa Mondega après l’épisode du Tapioca qui a vu Jessica (reine des vampires) être transformée en passoire par le Bourbon Kid. L’œil de la Lune, pierre bleue aux pouvoirs multiples que Peto porte autour du coup est toujours le centre de toutes les convoitises. Les vampires et loups garous prolifèrent tandis qu’une momie a fui le musée… Pour le reste, l’histoire part dans tous les sens et, si elle est facile à suivre, il est difficile d’en dire plus sans spoiler.


Il est agréable de retrouver les personnages (survivants) du tome précédent. L’auteur nous en dit un peu plus sur le passé du Bourbon Kid : quel lien entre le bourbon et sa folie meurtrière, comment est-il devenu le tueur sanguinaire que l’on connait… Dante Vittori et sa petite amie Kacy sont également présents et occupent une place centrale. Toujours fidèle au poste, Sanchez se contente de tenir son bar et, en tant qu’être insignifiant d’interférer inconsciemment dans les différentes intrigues. Finalement assez peu présents dans « Le livre sans nom » puisqu’on ne découvre leur existence que vers la fin du récit, les vampires et loups garous apparaissent ici tout au long du livre (inutile de préciser qu’ils boivent du sang humain et ne brillent pas au soleil…). En revanche, le coté « policier » a totalement disparu ce qui n’est pas un mal.


Enfin, on retrouve l’humour noir (parfois même macabre), la violence et la vulgarité qui caractérisaient le début de la série. Ceux qui ont apprécié le précédent opus ne seront pas déçus par celui-ci que j’ai même trouvé meilleur. Et pour cause, il est mieux structuré et on ne découvre pas l’univers dans lequel évoluent les personnages : on le connait déjà. La description laisse donc place à l’action.

Je conseille donc ce livre à toute personne n’ayant pas envie de se prendre la tête : pas besoin de réfléchir, les blagues douteuses s’enchainent et chacun poursuit son petit bout de chemin sans se soucier des autres.


10/10


L’extrait en plus :

« Les individus qui se trouvaient dans le Nightjar comprirent alors, mais un peu tard, que le massacre du Kid ne faisait que commencer. A présent, il était temps de se débarrasser de toutes les autres créatures du mal qui se trouvaient en ces lieux. Sans exceptions, et sans la moindre pitié. Le Kid tira de sous sa cape ses deux Skorpion, et sauta sur le torse d’Hunter, dont le cadavre glissa lentement sur le comptoir. Ses pistolets-mitrailleurs braqués sur la foule, il se servit du cadavre comme d’une planche et surfa sur toute la longueur du bar en tirant dans tous les sens. Et en faisant mouche à chaque balle. Les vampires se ruèrent vers la porte fracassée. »


Commenter cet article