Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Megworld

Broken, Karin Slaughter

Megworld

http://3.bp.blogspot.com/-lAvfLw1Hzso/UXIt0Qr-FOI/AAAAAAAAOgM/wON3Cf6ZglI/s1600/broken-karin-slaughter.jpg

Editions Grasset - 3 avril 2013 - 418 pages - 19,90 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

Le corps d'une jeune femme assassinée de manière atroce est découvert dans un lac du Comté de Grant. Quelques heures plus tard, Tommy Braham, l'assassin présumé, un attardé mental, est arrêté après avoir grièvement un policier lancé à ses trousses. Incarcéré, il passe aux aveux et se suicide dans sa cellule. Sur les murs, son ultime message, comme un appel au secours : « Pas moi ».

Sara Linton, l'ancien médecin légiste du Comté de Grant, retourne pour la première fois dans la ville où son mari policier a été tué. Rongée par la culpabilité car Tommy a été l'un de ses patients, Sara se lance dans une enquête désespérée, persuadée que les enquêteurs locaux cachent la vérité. Elle demande l'aide de Will Trent, l'agent fédéral du Georgia Bureau of Investigation : les deux enquêteurs vont devoir se confronter à des policiers corrompus et impitoyables. Ainsi qu'à un redoutable tueur...

 

L'avis de Damien :

 

Je remercie à nouveau les éditions Grasset pour cette nouvelle découverte. En effet, je ne connaissais pas Karin Slaughter avant de recevoir Broken. Il semble que ce ne soit pas un roman isolé et, mieux, il rassemble les personnages des deux séries phares de l’auteur : Will Trent et Sara Linton. C’est par là que je vais commencer cette chronique. Les personnages sont intéressants et attachants même lorsqu’on ne connait pas leurs aventures précédentes ce qui n’est pas toujours évident. A aucun moment on est gêné dans la compréhension de l’histoire parce qu’il nous manque un élément ou parce qu’on ne peut faire le rapprochement avec une autre enquête et c’est clairement un bon point. Par ailleurs, si je me suis attaché si rapidement à Will et Sara, je ne doute pas que les fans de l’auteur attendaient cette suite avec impatience. A coté d’eux, les personnages secondaires ne manquent pas non plus de substance que ce soit Franck, Lena ou même Tommy Braham. Aucun n’est là pour faire acte de présence et tous ont véritablement une personnalité, un rôle, un passé qui fait qu’ils sont réellement intéressants.

 

L’histoire m’a aussi beaucoup plu : une jeune femme est retrouvée assassinée d’un coup de couteau précis. C’est ainsi que commence le récit, par la scène de meurtre ce qui nous plonge directement dans l’ambiance. Pourtant, ce n’est qu’après 20 pages que le nom de Sara Linton est évoqué (attention, elle n’apparait pas encore…) ce qui est trop tardif à mon gout. Elle est appelée afin de rencontrer le principal suspect, un de ses anciens patients déficient mental. Lorsqu’elle arrive, Tommy à signé des aveux avant de se suicider. Sur le mur, en lettres de sang les mots « Pas moi »… Si la police semble convaincue de la culpabilité, Sara met rapidement le doigt sur des incohérences liées à son passif avec l’accusé : intellectuellement il était trop limité pour tuer de cette manière et rédiger de tels aveux. Elle décide donc de faire appel à Will Trent du GBI qui va vite constater que la police locale ne lui sera d’aucune aide. Entre incompétence, corruption et volonté de cacher la vérité, l’enquête s’annonce compliquée... Et pourtant elle ne l’est pas tant que ça. On avance au fil des déductions de l’agent qui finalement ne rencontre pas de véritables difficultés ni coup d’arrêt et c’est un peu dommage. En effet, les chapitres et scènes sont assez longs ce qui laisse parfois une désagréable impression de monotonie. D’ailleurs, l’ensemble des investigations tient sur 3 jours, laps de temps relativement court, surtout pour un livre de cette taille.

 

Pour ce qui est du dénouement, il est clairement impossible de le découvrir avant qu’il ne nous soit révélé ce qui n’est pas une mauvaise chose, d’autant que l’on connait le fin mot de l’histoire et qu’il tient debout. En effet, tous les éléments de l’enquête qui pourtant peuvent sembler indépendants les uns des autres s’emboitent parfaitement expliquant les comportements étranges des divers protagonistes.

 

Pour conclure, j’ai trouvé ce roman intéressant et je n’hésiterais pas à lire d’autres ouvrages de cette auteure. En effet, son style est très agréable et l’histoire bien ficelée. Pourtant l’ensemble de ces qualités est gâché par l’impression de piétiner alors même que les personnages avancent dans leurs déductions.

 

4/5

 

L’extrait en plus :

« Le plus gros problème, c’était la difficulté de parler à Tommy. Il lui avait fallu moins d’une minute pour se rendre compte que le gamin était frappé du bonnet. Il n’était pas seulement lent, il était bête. Empressé à combler les vides que Lena laissait ouverts, pour autant qu’elle lui fournisse la carte et les indications. Elle lui avait promis qu’il pourrait rentrer chez lui s’il passait aux aveux et elle revoyait encore son air égaré lorsqu’elle l’avait reconduit en cellule. En ce moment même , il devait probablement être assis sur sa couchette à se demander comment il avait pu se fourrer dans un tel pétrin. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires