Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://2.bp.blogspot.com/-h_jJfocLn8M/Tv9x9qc_MvI/AAAAAAAACTg/2wUlEbvk1zY/s1600/au_pays_des_kangourous.jpg

Don Quichotte - 19 janvier 2012 - 288 pages - 18,30 euros

 

 

Je remercie les éditions Don Quichotte et Gilles Paris pour m'avoir fait découvrir ce roman. 

 

Résumé de l'éditeur :

 

« Ce matin, j’ai trouvé papa dans le lave-vaisselle. En entrant dans la cuisine, j’ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d’hier soir. J’ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans. Il m’a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout replié sur lui-même. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand mon papa. »


Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien. En fait, le couple n’en est plus un depuis longtemps, la faute au métier de Carole, qui l’accapare. Paul est écrivain, il écrit pour les autres. Carole est une femme d’affaires, elle passe sa vie en Australie, loin d’un mari qu’elle n’admire plus et d’un enfant qu’elle ne sait pas aimer. Le jour où Paul est interné pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé. L’enfant sans mère est recueilli par Lola, grand-mère fantasque et jamais mariée, adepte des séances de spiritisme avec ses amies « les sorcières », et prête à tout pour le protéger. Mais il rencontre aussi l’évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets, que les couloirs trop blancs de l’hôpital font paraître irréelle et qui semble pourtant résolue à lui offrir son aide.


Porté par l’amour de Lily, perdu dans un univers dont le sens lui résiste, Simon va tâcher, au travers des songes qu’il s’invente en fermant les yeux, de mettre des mots sur la maladie de son père, jusqu’à toucher du doigt une vérité que l’on croyait indicible.

 

 

Mon avis :

 

J'avais déjà eu l'occasion de lire un roman du point de vue d'un enfant, mais jamais aussi jeune. Dans "Au pays des kangourous" on a vraiment l'impression que c'est un enfant qui nous parle puisque le texte est à la première personne. Il ne faut pas croire pour autant que le style est mauvais. Les phrases sont simples mais bien rédigées. L'emploi du présent convient parfaitement. Le passé simple/imparfait n'aurait pas du tout collé avec l'âge du narrateur. A 9 ans vous connaissiez ces temps vous ? 

 

Simon est un petit garçon rêveur et très attachant. Il appelle l'Australie le pays des kangourous (titre du roman). C'est un enfant mal aimé par une mère qui préfère son travail en Australie plutôt que sa famille. L'histoire commence lorsque Simon retrouve son père dans le lave vaisselle. Il appelle sa grand-mère Lola et s'en va vivre chez elle. Son père est quant à lui envoyé en psychiatrie pour soigner sa depression. 

 

L'histoire peut paraître déprimante mais honnêtement, il n'en est rien. L'interêt du livre est que l'histoire est justement vue par un petit garçon. Si nous avions l'histoire du point de vue de la grand-mère par exemple, j'aurais eu du mal à le lire... Je suis assez sensible j'ai du mal avec des récits trop durs. L'auteur parvient à nous faire sourire à de nombreuses reprises. Les reflexions de Simon sont pleines d'innocence. On a mal pour lui, on veut qu'il soit heureux. 

 

Mon autre personnage préféré est Lily, une petite autiste aux yeux violets. Elle est extrêmement généreuse et cherche à tout prix à aider les malades. Sa relation avec Simon est très belle et tendre. C'est mignon tout plein ! Lily n'a pas peur de lui dire la vérité contrairement à la grand-mère de Simon, Lola, qui tente de le protéger en lui "mentant" à propos de la dépression de son père. C'est grâce à son amie que Simon comprend petit à petit ce qui se passe réellement autour de lui. 

 

Pour conclure, si vous aimez les belles histoires, je vous recommande ce roman. Il m'a beaucoup touché et j'espère qu'il en sera de même pour vous. Seul petit bémol : il y a quelques longueurs au début de l'histoire, mais je vous rassure ça ne dure pas puisque le roman est court et se lit très facilement. 


Commenter cet article