Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Megworld

http://fantasy-gate.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/amulettes.jpg

Editions du Chat Noir - 1 mai 2013 - 362 pages - 19,90 euros

 

Résumé de l'éditeur :

 

Lorsque le docteur Ian, psychiatre, reçoit pour la première fois sa mystérieuse patiente Agrippine et qu'il cède à sa requête de ne se consacrer qu'à son cas personnel pendant toute une semaine, il est loin d'imaginer qu'il ne sera pas simplement le témoin du récit fantastique de la jeune femme mais également l'un de ses principaux acteurs. Car, tel qu'elle le déclare, Agrippine est l'objet de réincarnations successives qui remontent jusqu'à la Mésopotamie ancienne, où son bien-aimé et elle, citoyens du royaume d Uruk, furent condamnés pour l'éternité. Devant les arguments et la précision de son histoire, le docteur commence peu à peu à douter et ses certitudes vacillent. Et si depuis l'Antiquité, tous les amants maudits n'avaient été qu'un seul et même couple?

 

Mon avis :

 

Les éditions du Chat Noir ont mis au point un système de partenariats très intéressant. Pour chaque sortie, des blogueurs sont tirés au sort pour chroniquer les romans et j'ai eu la chance d'être sélectionnée pour Amulettes. Je remercie les éditions du Chat Noir pour ce partenariat. Même si je n'ai pas passé un mauvais moment avec ce roman, je n'ai malheureusement pas été aussi séduite que je ne l'aurais cru. 

 

L'histoire se déroule dans notre présent et nous sommes dans la tête d'un psychologue : le docteur Ian. Il voit un jour débouler une jeune femme qui lui demande de passer la semaine à l'écouter. Agrippine commence alors à raconter son histoire, elle se pense la réincarnation d'Ishtar, une jeune prêtresse ayant vécut dans la Mésopotamie ancienne. 

J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire car au début, Agrippine tergiverse plus qu'elle ne raconte. Je ne comprenais pas où elle voulait en venir et j'attendais qu'elle commence enfin à raconter son histoire. Heureusement, dès qu'elle commence à parler de sa rencontre avec Jandra (sa première vie), j'ai été tout de suite plus intéressée. Si j'ai aimé cette belle histoire d'amour qui se déroulait dans le passé, j'ai eu plus de mal avec le présent. 

L'Aggrippine du présent et le docteur Ian ne m'ont pas fait rêver, leur relation n'a pas la puissance de celle de leur passé. J'ai regretté ces passages car ils "cassent" le rythme du roman. J'aurais pu aimer cette construction mais il aurait fallu que le présent m'intéresse autant que le passé. Or, les personnages ne m'ont fait ni chaud ni froid. De plus, on sait dès le départ que les deux personnages sont les réincarnations et on devine donc facilement la fin de l'histoire. 

  

J'ai trouvé la construction du roman complexe car il y a trop de points de vue différents et l'auteure a même fini par s'embrouiller. Lorsque l'on est dans le présent, c'est le docteur qui raconte, lorsque l'on est dans le passé, c'est Agrippine ou un point de vue externe et omniscient qui nous permet de connaître tout ce qui se passe quand le personnage est absent. Le souci, c'est que certaines fois, cette histoire de points de vue n'est pas logique. Par exemple, à un moment, nous sommes dans la tête d'Agrippine et pourtant, elle se sait observée et connait même les pensées d'un autre personnage ! A mon avis, le point de vue omniscient est inutile et ne fait que compliquer les choses, j'aurais été moins perdue s'il n'y avait eu que deux points de vue : celui du docteur au présent et celui d'Agripppine qui raconte. 

 

J'ai par contre beaucoup aimé la plume de l'auteure. Elle a une écriture très fluide qui est agréable à lire. On sent également qu'elle s'est beaucoup renseignée avant d'écrire son roman. 

 

Pour conclure, je n'ai malheureusement pas été emballée par ce roman mais comme je le dis souvent, il ne s'agit que d'un avis personnel. La mayonnaise n'a pas pris mais j'ai vu de très bon avis alors si vous voulez le lire, ne laissez pas ma chronique vous en empêcher. 


2,5/5

Commenter cet article