Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Megworld

40 Jours de nuit, Michelle Paver

Megworld

http://2.bp.blogspot.com/-bV6-sgm0z4Q/UA_P6Mk15mI/AAAAAAAADbw/ASfPC0vDmq0/s1600/544591_516578928358927_2134904936_n.jpg

Black Moon - 26 septembre 2012 - 288 pages - 16,90 euros

 

Je remercie les éditions Hachette (Black Moon) pour la découverte de ce roman. 

 

Résumé de l'éditeur :

 

Hiver 1937. Jack part pour une expédition scientifique en Arctique, une échappatoire à son mal-être londonien. Du moins c'est ce qu'il espère. Mais très vite, ce voyage au pays des nuits interminables se transforme en cauchemar. Des cinq hommes engagés dans la mission, seulement trois prennent le départ : Jack, opérateur radio, Algie, chasseur et maître-chien de traîneau, et Gus, biologiste. Ils établissent leur campement sur la baie (de) Gruhuken où le capitaine du bateau refusait de les débarquer, visiblement effrayé. En peu de temps, Gus tombe malade, Algie l'accompagne, Jack reste seul. Dans leur cabane de trappiste, il se met alors à entendre des voix, à apercevoir des ombres... Est-ce vraiment son imagination qui l'engloutit jour après jour dans cette matière noire ?

 

Mon avis :

 

J'étais intriguée par ce roman qui sort du lot et j'ai été très agréablement surprise. Il s'agit d'un roman angoissant et psychologique avec une touche de fantastique. 

 

Il est écrit comme un journal intime, celui de Jack, un jeune homme vivant en 1937. Au début, nous le découvrons amer, solitaire et pas franchement sympathique. Pourtant, il évolue considérablement au fil du récit pour devenir un homme attachant. Nous avons en direct ses moindres pensées et émotions. J'ai souvent eu l'impression de me trouver à côté de Jack, dans le froid de l'Articque, blottie contre le poêle et Isaak le husky. 

Les autres personnages sont moins développés mais on se prend d'affection pour Gus. Sûrement parce que Jack est très attaché à lui, nous avons son point de vue positif sur l'individu. Algie, nous paraît détestable au début pour ces mêmes raisons. 

 

L'histoire est sombre et angoissante. Il ne se passe pas grand chose, tout est dans la psychologie. Le fantastique n'est pas prouvé, peut-être est-ce seulement dans la tête des personnages. Au début du roman, on voit les préparatifs et le lancement de l'expédition, ce n'est pas le moment le plus intéressant mais une fois que Jack est seul, impossible de s'arrêter. J'ai été prise dans ce récit, j'ai eu peur pour et avec Jack. Beaucoup de questions demeurent à la fin du roman mais l'absence de réponses est une bonne chose puisque Jack n'en aura jamais non plus... ça renforce cette impression de réalité, comme si nous avions lu le journal d'un véritable explorateur. 

 

Je tiens également à dire un grand bravo à l'auteure et à son travail de recherche. Comme je disais tout à l'heure, on a vraiment l'impression d'y être. Les paysages, l'ambiance tout est parfait pour nous faire entrer dans le récit. Dans les notes de la fin Michelle Paver nous apprend qu'elle s'est rendu dans le Grand Nord et ça se voit.   

 

En bref, 40 jours de nuit est un roman sombre, inquiétant mais terriblement prenant. C'est un one-shot, ce qui est très appréciable car une suite aurait été superflue. Je suis contente de ne pas être passée à côté de ce roman qui se démarque des autres Black Moon et qui vaut le coup qu'on s'y intéresse.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires
E

Un très bon avis, mais l'ambiance angoissante c'est pas mon truc, mais qui sait un jour peut être ^^
Répondre
M


merci ! voilà si jamais t'as envie de changer ^^