Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Meg

Gallimard Jeunesse - 14 octobre 2016 - 21 euros

 

Résumé de l'éditeur :
 
La huitième histoire. Dix-neuf ans plus tard.
 
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.
 
 
Ma chronique :
 
 
Pendant des années, nous l'avons rêvé et espéré... ce huitième tome. Potterhead depuis mes onze ans, je n'ai jamais oublié ces livres qui ont été mes plus gros coups de coeur de ma vie de lectrice. Même si Harry Potter et l'enfant Maudit est sorti sous forme de pièce de théâtre, il me fallait cette suite! Aussitôt reçue, aussitôt dévorée! Verdict ? Vivre une nouvelle aventure dans l'univers magique de Harry Potter m'a fait un bien fou!
 
 
Le roman commence dix-neuf ans après la fin du tome précédent... et directement après la scène de l'épilogue final. Albus Severus Potter a onze ans et va entrer à Poudlard. Comme son célèbre père Harry, il a peur d'aller à Serpentard. Un lourd héritage familial pèse sur ses épaules mais rien ne se passe comme prévu pour lui. Arrivé à l'école des sorciers, il ne trouve pas sa place, ne supporte pas la comparaison avec son père et ne se retrouve pas dans la maison espéré. Il n'est pas populaire et se fait un seul ami, qui vit la rentrée aussi mal que lui. Bref Albus est totalement différent de Harry au même âge. En cinquante pages seulement, nous passons sautons années et Albus grandit, devient un adolescent. La pièce de théâtre donne un rythme très rapide au récit. Contrairement aux romans, pas de place pour la description, on enchaîne les scènes les unes après les autres. C'est perturbant, j'avais envie d'en savoir plus sur les personnages, leur psychologie. J'avais envie de mieux les connaître et de visualiser à nouveau les lieux célèbres de Poudlard. Le format "pièce de théâtre" ne m'a pas convaincue plus que cela. J'en voulais plus, je voulais que les auteurs prennent le temps de nous raconter cette aventure! Mais impossible car la pièce de théâtre est faite pour être jouée et l'histoire est dense, complète. Il faut donc enchaîner les chapitres pour arriver au coeur du sujet!
 
 
 
Parlons de l'histoire justement. Je ne m'attendais pas du tout à cela et j'ai adoré. Qui est l'enfant maudit ? Pourquoi l'est-il ? On réfléchit, on imagine et on se questionne. Le livre va vite mais j'ai trouvé que l'histoire était vraiment bien développée et les coups de théâtre... bien amenés! J'ai même été surprise, certains ont vu venir la fin mais quant à moi, je prenais tellement plaisir à lire cette pièce, que je n'ai pas tant cherché à comprendre le fin mot de l'histoire. Je l'ai lu en une soirée mais je ne voulais pas le finir. Il n'y aura certainement pas de neuvième tome, cette fois c'est vraiment la fin de l'histoire?
 
 
Ce qui m'a le plus plu, en lisant L'Enfant Maudit, c'est de retrouver les personnages que j'ai tant chéri durant des années : Harry, Ron, Hermione, Drago (oui j'assume!!) etc... Nous croisons même des personnages que l'on pensait ne jamais revoir!!! Rien que pour ça, je suis heureuse que cette pièce soit sortie en version papier. Même si j'aurais préféré mille fois un roman, j'ai vraiment passé un bon moment, j'ai eu l'impression de retrouver de vieux amis perdus depuis longtemps et finalement, c'est ce qu'ils sont non?
 
 
 
En bref, L'enfant Maudit est une suite aux sept romans sous forme de pièce de théâtre. C'est perturbant au début mais on s'y fait vite. Maintenant, il n'y a plus qu'à espérer que la pièce soit jouée en France! Lire une pièce de théâtre c'est bien... mais la voir, c'est tellement mieux!
 
 
 
★★★★★
 
Une très bonne lecture 
 
 
Mille mercis à Gilles Paris pour sa confiance

Commenter cet article